Abdelhay Toudma, Chief Information Officer du cabinet d’avocats Arendt & Medernach, a participé au Gartner IT Symposium/Xpo 2019. Il partage avec nous les enseignements qu'il en a tirés et les moments qui l'ont inspiré.

Assumer les dilemmes

"Cette édition du Gartner Symposium a livré des messages très forts. L'un de ces messages portait sur une proposition, présentée dès la conférence d'ouverture, qui a fait l'unanimité parmi les participants. Il s'agit du concept d'inclusion, un principe qui entre en opposition avec l'obligation que croient avoir les entreprises de faire systématiquement un choix entre des objectifs, des exigences ou des intérêts en apparence contradictoires."

"Ainsi, les dilemmes qui se posent régulièrement aux décideurs sont en quelque sorte désactivés par l'application de ce principe d'inclusion immédiate des problématiques. Un dilemme fréquemment vécu dans les entreprises est celui qui oppose réduction des coûts et génération de revenus, par exemple. Si l'on en croit les analystes de Gartner, nous ne sommes plus tenus de faire le choix exclusif – ou d'exclusion - de l'un au détriment de l'autre. Nous pouvons assumer le dilemme et chercher un juste équilibre (appelé « Techquilibrium ») entre les deux branches de l'alternative pour en sortir plus forts, plus grands."

 

Passer à l'offensive

"À titre personnel, je pense que le discours traditionnel sur la nécessité d'aligner l'IT sur le business est ainsi en grande partie rendu caduque. Le CIO doit utiliser la dynamique issue de la résolution du dilemme, accélérée par la technologie, pour se positionner et innover. Le CIO est par ailleurs décrit par Gartner comme devant se comporter en conseiller du comité de direction et prendre sa part de responsabilité dans le processus de prise de décision. Le CIO n'a dorénavant plus d'excuse pour retarder son action, il doit jouer le rôle qui lui revient et la forte dynamique impulsée par les technologies lui impose de le faire. Être force de proposition ne suffit plus et  chercher l'adhésion n'est plus forcément le Saint-Graal. Il s'agit en fait de délivrer - plusieurs messages de la part de Gartner vont d'ailleurs dans ce sens -  en constituant notamment des équipes transverses qui rassemblent les différentes compétences de l'entreprise, ce que l'on voit trop rarement mis en pratique sur le terrain."

"J'ai également apprécié la référence faite par Gartner aux positions défensive et offensive, qu'il faut d'ailleurs entendre au sens anglo-saxon et sportif. Les analystes poussent encore la métaphore sportive en utilisant le verbe to score – marquer un point ou un but – pour souligner que les actions menées par les CIOs doivent être tangibles, mesurables et porteuses de résultats. Aucune des deux postures ne doit nécessairement prendre le pas sur l'autre, défensive et offensive étant inextricablement liées dans toute stratégie. Mais aujourd'hui, la tactique appliquée par les décideurs IT doit relever d'une approche offensive, selon les analystes de Gartner."

 

La transformation digitale est un voyage, pas une destination

"On peut reprocher aux conférences du type de celles qui constituent le programme du Gartner Symposium de pêcher par excès de théorie, de manquer de technicité et de mise en pratique. L'une des sessions de cette année, consacrée à la stratégie de transformation digitale, a pourtant particulièrement éveillé mon intérêt. L'animateur de la session a démarré celle-ci en  évoquant des exemples chiffrés tirés de différents secteurs – soins de santé, industrie, vente au détail – ainsi que les quantités astronomiques de données impliquées et le nombre exponentiel de nouvelles machines nécessaires à leur traitement. Mais il s'est ensuite employé à faire comprendre aux participants que ce qu'il importe de retenir, c'est que le CIO doit se réinventer. Lorsque celui-ci envisage une transformation digitale, il doit garder à l'esprit deux paramètres essentiels. Tout d'abord, il s'agit d'un voyage au long cours, pas d'une destination. Et surtout, toute l'attention doit être portée sur la création de valeur à la fois pour les clients et pour les employés. Voilà un dilemme de plus à arbitrer et une occasion supplémentaire d'appliquer le principe d'inclusion mis en avant par Gartner."

 

Le CIO, plus que jamais acteur central de la transformation digitale

"Selon Gartner, quatre éléments sont nécessaires pour mener à bien une transformation digitale. Le premier de ces ingrédients est une vision, une stratégie, qui nécessite de comprendre le client et d'établir un partenariat avec lui. Le second élément relève de la culture sans laquelle la vision stratégique ne peut pas exister. Le troisième point, le potentiel, est indispensable pour passer à l'étape suivante, même s'il est souvent sous-estimé. Enfin, les capacités technologiques constituent le quatrième ingrédient. Les capacités technologiques ouvrent ainsi la voie au potentiel, lequel permet de bâtir une culture qui donne accès à une vision stratégique."

"Au cours de cette édition du Gartner Symposium, le rôle du CIO en tant qu'acteur central de la transformation digitale n'a cessé d'être réaffirmé. Les intervenants ont exhorté les CIOs à s'engager plus activement dans la stratégie de l'entreprise, à participer davantage à la prise de décision et, surtout, à s'impliquer fortement dans la création du portefeuille de services afin de mieux répondre aux besoins de la clientèle. Selon Gartner, les entreprises doivent désormais avoir les mêmes attentes envers les CIOs qu'envers les responsables des autres lignes métier de l'entreprise."

 

Propos recueillis par Michaël Renotte


Publié le 28 novembre 2019