Par Shushan Khachatryan, Project Director at Huawei Technologies.

Pourquoi devez-vous vous préoccuper du développement durable au sein de votre organisation, en particulier pendant une pandémie mondiale ? La réponse est simple : notre planète dispose de ressources limitées. Nous faisons notamment face à une pénurie de ressources, à la dégradation des écosystèmes dégradés et à l’augmentation des niveaux des gaz à effet de serre.

Il n’est tout simplement plus possible de faire comme si de rien n’était si l’on souhaite rester à l’intérieur des limites sociales et planétaires. De nombreux experts pensent que le COVID-19 fournit aux entreprises l’occasion de repenser leur fonctionnement et d’y intégrer de nouvelles pratiques opérationnelles ainsi que de nouvelles manières de prendre des décisions.

Celles qui s’en rendront compte tôt en tireront les bénéfices à long terme. De plus, selon une étude récente, 40 % des membres de la génération Y (qui regroupe les personnes nées entre 1981 et 1996) déclarent qu’ils ont choisi un emploi en fonction du programme de développement durable de l’entreprise. Les entreprises n’ont pas d’autre choix que de mettre en place un plan de transformation vers le développement durable, car les membres de la génération Y représenteront les trois quarts de leur personnel dans les années à venir ainsi que leurs clients.

 

Quels sont les défis du secteur des télécommunications en matière de développement durable ?

Le secteur des télécommunications a connu une croissance très rapide ces dernières décennies. La croissance économique, l’adoption croissante de l’Internet des objets (ou IoT, Internet of Things), les villes intelligentes ainsi que la 5G sont les principaux moteurs du marché des télécommunications. La croissance rapide du secteur crée des défis en matière de développement durable et les trois principaux au niveau mondial sont les suivants, à mon avis :

- augmentation de la consommation d’énergie et des émissions de CO² en raison de l’augmentation du volume des données et des chaînes logistiques. Les appareils et les réseaux IoT doivent produire une grande quantité de données qu’il faut transmettre et trier. L’augmentation des données pourrait consommer 20 % de l’électricité mondiale d’ici à 2025. Le secteur des télécommunications recourt également beaucoup à différents moyens de transport pour livrer les équipements, ce qui provoque des émissions de CO2 dans l’atmosphère. Il est de plus en plus important que les opérateurs de télécommunications et les équipementiers collaborent avec leurs fournisseurs pour garantir le respect des normes de développement durable.

- les déchets électroniques qui sont actuellement considérés comme l’un des flux de déchets à la croissance la plus rapide au sein de l’UE, avec environ 9 millions de tonnes produites en 2005. Ils devraient atteindre plus de 12 millions de tonnes d’ici à 2020.

- l’égalité des sexes, en particulier les femmes occupant des postes de management. Selon une enquête, les femmes représentent moins de 40 % du personnel dans les trois quarts des entreprises de télécommunications et seulement 12 % des cadres des grandes entreprises de télécommunications sont des femmes.

 

Qu’a fait Huawei jusqu’à présent pour relever les défis en matière de développement durable dans le secteur des TIC ?

Huawei a enregistré une croissance annuelle moyenne de 20 % au cours des dix dernières années. Cette croissance rapide s’accompagne toutefois de défis en matière de développement durable et l’entreprise collabore avec d’autres acteurs du secteur pour mettre en place des TIC vertes. Jusqu’à présent, Huawei a travaillé sur de nombreuses initiatives en matière de développement durable et j’aimerais souligner les points suivants :

En 2018, le taux de réutilisation des matériaux retournés est passé à 82,3 %

Les produits réutilisables répondant à certains critères sont d’abord attribués aux canaux de réutilisation internes de Huawei, comme la R&D, les pièces de rechange et la fabrication de neuf. Les matériaux qui ne comportent pas de risques liés à la cybersécurité ni d’informations confidentielles sont revendus, démontés et recyclés. en 2018, le taux de réutilisation des matériaux retournés est passé à 82,3 %.

Priorité au développement d’équipements écoénergétiques

L’amélioration continue de l’efficacité énergétique des équipements représente une priorité élevée pour Huawei. Les technologies d’économie d’énergie de Huawei couvrent plusieurs domaines, notamment l’architecture, les processus et les matériaux. Grâce aux innovations dans ce domaine, l’économie d’énergie peut atteindre 60 % dans certains cas.

Engagement en faveur des énergies renouvelables

Beaucoup ignorent que Huawei est également présent dans le secteur des énergies renouvelables, c’est même l’un des principaux fournisseurs d’onduleurs photovoltaïques au monde. Depuis 2013, Huawei a contribué à produire plus de 180 milliards de kWh d’énergie solaire dans le monde. De plus, la première centrale photovoltaïque a été construite dans l’usine Huawei de Dongguan, au sud de la Chine. Elle peut produire 18 millions de kWh d’électricité chaque année, soit 10 % de la consommation électrique de l’usine.

À l’avenir, la 5G et l’IoT procureront d’excellentes possibilités pour économiser l’énergie et pourront peut-être devenir un réseau au bilan carbone neutre. Une implication et une collaboration sans faille sont toutefois nécessaires. L’identification des défis et des risques futurs aidera les dirigeants d’aujourd’hui à prendre les bonnes décisions et à développer les TIC vertes.

Cette année marque le vingtième anniversaire de Huawei en Europe. La vision de Huawei consiste à fournir la technologie numérique à chaque personne, chaque foyer et chaque organisation pour créer un monde intelligent entièrement interconnecté. Les TIC jouent un rôle de plus en plus important dans la résolution des problèmes environnementaux mondiaux et contribuent à atteindre les objectifs de développement durable. Les TIC peuvent contribuer à réduire la consommation d’énergie et les émissions dans tous les secteurs ainsi qu’à atténuer les effets du changement climatique.


Publié le 23 juillet 2020