Cette semaine, IT One est allé à la rencontre d'Emmanuel Moreau, Directeur général de Know & Decide, pour aborder la gestion des parcs informatiques et le CMDB – configuration management database.

Monsieur Moreau, que faire pour améliorer la connaissance des DSI de leur parc informatique ?

Leur méconnaissance est principalement due à la segmentation des équipes techniques qui possèdent toutes un outil spécifique à leur environnement et qui, en règle générale, est assez pauvre en termes de reporting destiné au management. Cependant, ces outils regorgent d’informations inexploitées par manque de temps des équipes. Il faut donc consolider toutes les données techniques dans une solution globale et transverse permettant de donner une vision globale aux DSI à travers des rapports synthétiques automatisés, sans consommer de temps pour les opérationnels.

 

Investir dans un audit de CMDB permet-il de réaliser des économies ?

C’est en effet un des apports d’une CMDB de qualité qui permet d’optimiser la gestion de l’obsolescence et le process de décommissionnement, en mettant en évidence des composants décommissionnés dans la CMDB mais encore présents en salle machines, qui consomment de l’électricité, du backup et du stockage. Une vision précise du parc serveur en activité permet de valider les contrats de maintenance qui sont rarement challengés.

 

Qu'est-ce qu'un plan de progrès continu et qu'apporte-t-il ?

Un plan de progrès continu consiste à automatiser, à minima tous les mois, l’audit qualité de la CMDB et la cohérence avec les référentiels techniques. La liste des anomalies et des incohérences doit être diffusée aux personnes en charge des corrections. Des rapports complémentaires permettent au management de mesurer l’efficacité des actions et de prendre des décisions, si besoin est, quant à l’évolution de l’organisation ou des moyens. Outre le fait de garantir la qualité des CMDB, permettant une vision fiable des relations entre les composants IT, ce plan de progrès permet également de s’assurer que tous les serveurs soient parfaitement répertoriés et de fait correctement protégés, supervisés et sauvegardés. De plus la qualité de la CMDB est un prérequis à tout projet de vision métier des ressources allouées et consommées et de refacturation interne.

 

Quelle est votre solution pour automatiser l'audit de la CMDB ? Comment garantir la cohérence et la qualité des référentiels ?

Notre solution permet d’automatiser à une fréquence paramétrable l’audit qualité de tout type de référentiel, quel que soit le format du fichier. Le client est autonome pour définir les contrôles pour chaque champ tels que les champs vides, les doublons, le respect des valeurs attendues, des formats et des nomenclatures. La définition d’index communs entre les référentiels permettra ensuite de les comparer entre eux afin d’identifier les composants présents dans un référentiel et absents dans les autres pour en sortir les anomalies.

 

Comment améliorer la qualité des saisies manuelles dans les CMDB ? Quelle est l'importance du facteur humain ?

Il est bien évident que le facteur humain est important. Nous avons par exemple identifié récemment chez un client deux adresses IP identiques, un 5 ayant été saisi en lieu et place d'un 6. Comme certains produits remontent automatiquement des informations techniques, nous pouvons ainsi émettre une liste de corrections à appliquer, ou un fichier à importer, en définissant la source de référence.

 

Quelle différence Know & Decide apporte-t-elle ? Quelle est votre valeur ajoutée ?

Notre solution est agnostique et permet de traiter tout type de données, quel que soit le format des fichiers. Disponible en mode SaaS, mais également on premise, sa mise en production est immédiate, le client pouvant générer en toute autonomie ses premiers rapports en quelques heures à l’issue de la formation. Le seul prérequis est de disposer d’un exemplaire de chaque référentiel et que le client ait une idée suffisamment précise des contrôles à effectuer, notre consultant ayant un rôle de conseil, fort de notre expérience dans le domaine. Nous sommes très attentifs à proposer des produits agentless non intrusifs permettant de réduire les prérequis et de garantir une mise en production immédiate sans demander beaucoup de temps à nos interlocuteurs car nous constatons que les clients sont confrontés à une charge de travail importante. L’automatisation est donc un élément clé afin de leur dégager du temps qu’ils pourront consacrer à l’analyse et à la correction.


Publié le 27 février 2018