Depuis novembre 2018, Yannick Bruck a rejoint l’équipe de Fujitsu Luxembourg. Sa spécialité ? Développer les pratiques de l'IA, Analytics et de l'IoT en utilisant des méthodes de co-création et d'innovation pour aider le client à tirer parti de ses systèmes et processus existants et y ajouter de la valeur.

Ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, Yannick a accumulé de l’expérience au sein de plusieurs grandes sociétés aussi bien au niveau projet que pre-sales avant de rejoindre Fujitsu. 

 

L’IA et son potentiel dans le monde de l’entreprise

L’Intelligence Artificielle n’est pas un système monolithique, une plateforme imposante et coûteuse que l’on ne maîtrise pas totalement, c’est bien au contraire un ensemble de briques technologiques qui peuvent être utilisées en combinaison ou séparément afin de créer de la valeur pour les utilisateurs.

Son potentiel est infini, et ses applications variées.

Cela peut être tout simplement redéfinir la manière dont l’utilisateur interroge un système (remplacer un écran par un chatbot), permettre d’accéder à d’autres types de données (interroger des documents pdf) ou préconiser des actions sur base d’un historique (machine learning).

Mais cela peut aussi transformer des services ou des activités en remplaçant le personnel pour des activités répétitives pour le laisser se concentrer sur les tâches plus complexes, ou en l’aidant à réaliser plus rapidement des tâches à haute valeur ajoutée. 

Il ne faut pas craindre l’Intelligence Artificielle et la voir comme une menace pour l’emploi.

C’est au contraire une opportunité pour l’humain de délaisser les tâches routinières pour se concentrer sur celles qu’il développe le mieux: créativité, communication, réalisation de tâches complexes, innovation, …

Fujitsu constate des progrès solides dans les entreprises intégrant des solutions d'intelligence artificielle dans leurs processus métier, avec une nette impulsion de l'expérimentation à la production. Les organisations ayant déjà des projets d'intelligence artificielle ont acquis une compréhension approfondie de l'expertise et des capacités technologiques impliquées, ainsi qu'une vision plus réaliste de ce qui peut être réalisé. Si ces premières expériences ont été âprement disputées, les utilisateurs pionniers disposent désormais d'un avantage concurrentiel dans leur secteur.

Ils sont également confrontés aux premiers problèmes liés à la protection des données et à l’objectivité des modèles. La sécurisation des données face aux tentatives de piratage de plus en plus fréquentes, l’anonymisation des informations personnelles dans des contextes Cloud ou simplement la conformité à la règlementation de type RGPD/GDPR sont autant de sujets à traiter de manière particulière dans le contexte de l’IA, qui est par définition grand consommateur de données. De plus, la plupart des systèmes se basant sur un historique, ils développement des biais qui nous renvoient à notre propre subjectivité. Ceci est d’ailleurs devenu une préoccupation stratégique.

 

L'éthique dans l'IA

Les algorithmes tirent des enseignements des données et les données sont parfois basées sur des décisions humaines qui ne sont pas toujours justes. Pouvoir montrer que les décisions automatiques prises par les systèmes d'IA reposent sur des évaluations correctes est désormais crucial, de même que de pouvoir les détecter et les corriger en amont.

L’UE a récemment publié un document intitulé “Draft Ethics guidelines for trustworthy AI” : «Une AI de confiance a deux composantes: (1) elle doit respecter les droits fondamentaux, la réglementation applicable, les« principes et valeurs fondamentaux », un objectif éthique » et (2) elle devrait être techniquement solide et fiable, car même avec de bonnes intentions, un manque de maîtrise technologique peut causer un préjudice non intentionnel» - principes qui correspondent étroitement à l’attention de Fujitsu sur l’IA centrée sur l’humain.

Afin de compléter ces principes par une approche technologique, nous sommes maintenant capables de réaliser une traçabilité complète de la donnée y compris au travers de modèles de Machine Learning. Nous pouvons donc non seulement obtenir des résultats avec de l’IA, mais également expliquer leur provenance et remonter jusqu’aux données sources. De quoi non seulement respecter l’éthique, mais également rassurer des industries hautement régulées. 

 

Comment aborder l’IA avec les clients ?

Comme pour toute innovation et tout changement, les interlocuteurs sont parfois réticents. Mais l’approche de co-création de Fujitsu, centrée sur l’humain, impliquant les collaborateurs du client et les experts Fujitsu, permet d’aborder ceci en équipe, de définir ensemble une solution viable et réalisable, et de discuter de manière transparente des défis et contraintes réelles, ainsi que des moyens de s’en affranchir. 

« Nous ne sommes pas magiciens. Mais nous savons ce que nous faisons. Quoi de mieux qu’une solution construite ensemble et sur-mesure? », explique Yannick Bruck. 

Fujitsu est intégrateur de ses propres solutions mais aussi et surtout de solutions extérieures (commerciales de ses partenaires ou open-source).

Fujitsu choisit les meilleures briques technologiques pour répondre aux besoins de ses clients, les assemble, et garantit leur utilisation, tout en apportant conseil et support en production.

Fujitsu Luxembourg se positionne en tant que partenaire de confiance, avec une expertise et des capacités projet locales appuyées par les moyens d’un grand groupe.

 

Communiqué par Fujistu Luxembourg


Publié le 01 février 2019