SAS crée une toute nouvelle division dans le cadre de sa lutte contre la fraude numérique. La SAS Fraud and Security Intelligence Division combinera des solutions d’analytique évoluée et d’Intelligence Artificielle (IA) afin d’aider les clients à détecter et bloquer les attaques numériques toujours plus complexes des criminels.

Selon des chiffres de PwC, 49% des entreprises ont été touchées par l’une ou l’autre forme de fraude, au cours de ces deux dernières années, alors que ce chiffre était encore de 36% lors des deux années antérieures. L’Association of Certified Fraud Examiners estime qu’une entreprise perd en moyenne 5% de son chiffre d’affaires annuel en raison de fraudes, ce qui se traduit par une perte se chiffrant en milliards d’euros à l’échelle mondiale.

Il devient de plus en plus difficile de détecter des transactions frauduleuses en raison des méthodes toujours plus sophistiquées auxquelles les criminels ont recours pour éviter d’être détectés. SAS emploie d’ores et déjà plus de 400 personnes, dans 25 pays - en Amérique, en Europe et en Asie -, pour contribuer à combattre la fraude. 100 experts viendront s’y ajouter au cours des trois prochaines années.

 

D’une grande banque islandaise aux douanes belges

Landsbankinn, la principale banque d’Islande, fait aujourd’hui confiance à SAS pour lui apporter du soutien dans sa lutte contre la fraude. « Le volume de transactions que traite la banque est beaucoup trop élevé pour pouvoir être surveillé manuellement », déclare Thordur Orlygsson, Chief Compliance Officer à la Landsbankinn. « Les solutions analytiques de SAS aident Landsbankinn à détecter des activités suspectes. » Une première sélection minutieuse des données s’opère à l’aide d’une reconnaissance de canevas. Les transactions qui sont classées comme suspectes sont transférées vers l’équipe en charge de la conformité qui peut alors intervenir de manière ciblée. 

« La solution Analytics de SAS est également utilisée en Belgique pour détecter la fraude », déclare Jeroen Van Godtsenhoven, directeur général Belux chez SAS. « Les Douanes belges utilisent le SAS Fraud Framework for Government afin d’identifier des marchandises potentiellement suspectes à l’aide de milliers de critères intelligents différents. Cela permet aux contrôles douaniers de se dérouler de la manière la plus ciblée possible. »

 

« Un leadership de SAS en matière de lutte contre la fraude est plus que jamais nécessaire »

Stu Bradley, vice-président Fraud and Security Intelligence, prend la direction de la division Fraud and Security Intelligence de SAS. Il a à son actif 20 années d’expérience dans la lutte contre la fraude, dont neuf années au sein de SAS. « SAS est active depuis déjà plus de quinze ans dans la détection de fraude et d’activités criminelles », témoigne Stu Bradley. « Entre-temps, le formidable essor de l’économie numérique a provoqué une progression toute aussi forte de la fraude et des cyber-dangers. C’est dès lors le moment idéal pour consolider notre position de leader et pour recentrer notre démarche dans ce domaine. »

 

Communiqué par SAS


Publié le 16 avril 2018