Renaud Kuta, du Service Analyse et Développement Informatique de LALUX Assurance, partage avec nous les enseignements qu'il a tirés de sa participation au Gartner Data & Analytics Summit 2018 qui s'est tenu à Londres du 19 au 21 mars.

"La conférence d'ouverture de cette édition du sommet consacré par Gartner aux données et aux opportunités d'exploitation qu'elles offrent aux entreprises m'a surpris par sa pertinence", commente Renaud Kuta. "Le concept de Data Literacy évoqué par les analystes de la firme m'a particulièrement interpellé". Selon Gartner en effet, les organisations doivent non seulement prendre les mesures nécessaires pour éduquer les professionnels impliqués dans l'élaboration de solutions, de produits et de services axés sur les données, mais aussi s'assurer que tous les employés concernés apprennent à pratiquer la langue des données comme s'il s'agissait d'une deuxième langue.

 

Agilité et diversité

Renaud Kuta n'est pas un spécialiste de longue date du monde de la donnée : il vient du développement applicatif. "Ces deux branches de l'IT sont aujourd'hui fortement liées, mais il y quelques années encore, il s'agissait d'activités très distinctes", explique-t-il. "Les cycles de vie de l'une et de l'autre, notamment, ne sont pas comparables et il m'a fallu m'adapter au mode de fonctionnement de l'analytique et de la BI. C'est une activité qui recourt largement aux données de production - ce qui n'est pas le cas, ou très peu, en développement – et qui implique dès le départ les utilisateurs clés."

"C'est avec l'expérience que je me suis rendu compte que l'Agilité et les méthodes qui en découlent trouvaient leurs origines dans les technologies d'exploitation de la donnée, en particulier cette proximité avec l'utilisateur", explique Renaud Kuta. L'importance de la participation des utilisateurs à des groupes multidisciplinaires et de la diversité des expertises dans le cadre des projets d'exploitation de données a d'ailleurs été rappelée par les spécialistes de Gartner pendant la conférence d'ouverture du sommet.

"Chez LALUX Assurances, nous avons la volonté d'articuler de plus en plus les prises de décision autour de la donnée et de développer les activités de dashboarding. Dans ce contexte, il est clair que nous serons amenés à faire collaborer sur un même projet des groupes de personnes issues de différents départements métier. Et nous allons nous attacher à répandre la data literacy au sein de l'entreprise afin que les collaborateurs de nos lignes de métier puissent connaître encore mieux leurs clients."

 

Investir aujourd'hui dans l'exploitation de la donnée

"Je retiens également de la conférence que, s'il est relativement aisé de collecter des données, les exploiter est plus complexe et demande des moyens qui ne sont pas nécessairement à la portée des petits acteurs. La BI est une technologie dans laquelle il faut investir aujourd'hui pour en tirer des bénéfices à long termes."

Le groupe La Luxembourgeoise est profondément ancré dans le tissu économique et social luxembourgeois. L'entreprise figure régulièrement en première position en ce qui concerne la satisfaction et la loyauté de ses clients, qui le sont souvent de génération en génération. "C'est une force", constate Renaud Kuta. "Cela nous donne une longueur d'avance sur les GAFA et autres grands acteurs du digital qui prennent aujourd'hui conscience qu'ils doivent opérer à de plus petites échelles, avec plus de proximité".

"Beaucoup de choses sont sur le point d'être bouleversées dans le secteur de l'assurance", constate encore Renaud Kuta. "Les technologies de la donnée devraient par exemple donner le jour à des produit d'assurance sur mesure. Si les compagnies d'assurance ne s'approprient pas ces mutations, d'autres acteurs s'en chargeront. Il faut être attentif aux signes de rupture et, si possible, les anticiper. Et plus que jamais, il faut connaître ses clients", conclut-t-il.

 

Propos recueillis par Michaël Renotte


Publié le 06 juin 2018