Le groupe japonais proposant des services financiers avait annoncé en octobre vouloir se lancer dans le secteur des monnaies virtuelles. C'est désormais chose faite avec l'acquisition annoncée de la plateforme d'échange Coincheck, mise à mal par la disparition en janvier de centaines de milliers de NEMs, qui avait entraîné des problèmes avec la justice nippone.

Il avait été révélé suite à ce "casse" historique que Coincheck n'avait pas mis en place des mesures de sécurité suffisantes, l'obligeant à rembourser les clients lésés. De quoi semer le doute sur la capacité de la plateforme japonaise à se remettre de cet incident. L'intervention d'investisseurs externes avait été évoquée. Une hypothèse désormais confirmée.

A la mi-mars, les 260 000 clients touchés par le hack ont été remboursés selon la valeur du NEM à ce moment, laissant Coincheck en manque de liquidités après les 355 millions d'euros déboursés.

Monex, broker en ligne, a annoncé dans un communiqué de presse l'acquisition de l'ensemble des actions de Coincheck pour 3,6 milliards de yens, soit 27,4 millions d'euros. Ce montant a été calculé en fonction des actifs nets de la plateforme à la clôture de l'exercice 2017-2018, en mars. Monex pourrait y ajouter un paiement conditionnel selon les bénéfices réalisés au cours des trois prochaines années.

Les dirigeants actuels de Coincheck laisseront leurs places à une nouvelle direction mise en place par les nouveaux propriétaires, dont la mission sera d'améliorer la sécurité de la plateforme pour restaurer sa crédibilité.


Publié le 09 avril 2018