Suite au piratage et au vol de plus de 400 millions d'euros en crypto-monnaies le 26 janvier, les Japonais de Coincheck avaient décidé de suspendre les transactions. Cette décision est contestée par une dizaine de traders, qui comptent saisir la justice.

Le but de la manœuvre est que ces traders puissent reprendre leurs avoirs en monnaie virtuelle afin de les placer dans des dossiers sécurisés de stockage, les fameux "porte-monnaie", hors de tout système d'échange. Pour l'instant, Coincheck a annoncé que les retraits en yens reprenaient, mais que ceux en crypto-monnaies resteront gelés tant que la sécurité des opérations ne pourra être garantie.

Du côté des plaignants, la piste d'un autre recours, cette fois en dommages et intérêts, n'est pas exclue. Affaire à suivre dans les jours ou les semaines à venir.


Publié le 13 février 2018