Les membres d'ICTluxembourg étaient présents lors de la deuxième matinée du Digital Summit d'ICT Spring, le sommet web & tech qui s’est déroulé les 15 et 16 mai derniers. Les experts locaux et internationaux s'étaient donné rendez-vous pour discuter et débattre de l’intelligence artificielle et des transformations sociétales lors d'une session en table ronde.

L’IA conduit-elle la société ou est-ce la société qui conduit l’IA ? C’est autour de cette question et devant une salle comble que Gérard Hoffmann, président d’ICTluxembourg a ouvert le débat, présentant les initiatives de l'association luxembourgeoise autour de l’IA au cours de l’année 2018. En effet, l’IA, en plein essor, pourrait atteindre une valeur commerciale de 1,2 billion de dollars cette année, d'après une étude du cabinet Gartner, publiée en avril dernier. Équivalant à une augmentation de 70% par rapport à 2017, il est donc devenu inévitable d’aborder le sujet ainsi que son impact sur la société du futur.

Marc Hemmerling (General Counsel, Digital Banking, FinTech and Payments et membre du conseil de direction d’ABBL), Marc Payal (vice-président, APSI), Vincent Lekens (membre du conseil d’administration de FEDIL-ICT et vice-président d'ICTluxembourg) et Jean-François Terminaux (président du conseil d'administration de Finance & Technology Luxembourg) ont donc alimenté une discussion modérée par Susan Coleman, directrice générale du Centre d’innovation mondial FS de PwC.

"Les possibilités apportées par l'Intelligence Artificielle dans toutes les industries sont extrêmement prometteuses, mais maintenir le contrôle est impératif", a annoncé Vincent Lekens. Selon lui, ce sont bien les humains qui garderont le contrôle, mais ceux-ci devront avoir recours à de nombreuses formations. Rejoint par Jean-François Terminaux, cette nécessité de mise en place de véritables plans de formations, mais également d'éducation permettra de rassurer les collaborateurs ainsi que les gens pour une utilisation de l’IA dans leur vie quotidienne. Toujours dans l’objectif de garder le contrôle, Marc Payal a relevé le besoin d’établir des normes et des règles globales d’utilisation. Marc Hemmerling a d’ailleurs insisté sur le fait que le succès ascendant le l’IA dépendra uniquement de ce qu’en feront les humains : comment peut-on aider les gens avec l'IA ? Il a également souligné la future utilisation de la technologie dans le secteur financier, avec notamment le fort développement des robots-conseillers. Enfin, les experts s’accordent à dire que l’IA permettra la création de nouveaux emplois et la transformation de bien d'autres, et qu'une future législation est nécessaire au bon développement de cette nouvelle technologie.

 

Nastassia Haux

Photos : Olivier Dessy


Publié le 31 mai 2018