C'est en tout cas le souhait qu'a émis Brad Smith, président et avocat général de Microsoft. Plaidant pour une "convention de Genève numérique", il se base sur le modèle des conventions de Genève ratifiées en 1949 pour la protection des civils en temps de guerre.

Dans une interview accordée au quotidien suisse "Le Temps", Brad Smith loue l'esprit qui se dégage de Genève, ville où se rencontre de nombreux organismes pour faire avancer les causes humanitaires. Il ajoute : "La cybersécurité, ce n’est pas qu’une question technologique: il y a un aspect social et un esprit d’optimisme qui sont nécessaires et qui se trouvent à Genève".

Conscients que les attaques WannaCry et Petya doivent inciter le secteur technologique à en faire davantage concernant la protection des données, Brad Smith estime qu'une telle convention pourrait poser un cadre solide et réduire la portée de ce genre de cyberattaques.


Publié le 14 novembre 2017