Dans le dernier rapport DESI (Digital Economy and Society Index) publié par la Commission européenne, le Grand-Duché de Luxembourg occupe la cinquième place, dernière les Pays-Bas. Le trio de tête est composé du Danemark, de la Finlande et de la Suède. Notre pays fait un bond de deux places par rapport à l'an dernier.

Le DESI met ainsi en valeur les indicateurs de performance digitale des pays membres de l'UE : la connectivité, le capital humain, l'utlilisation d'internet, l'intégration des technologies numériques et enfin, les services publics numériques.

En terme de connectivité, le Luxembourg a atteint un niveau très élevé, voire maximal, de couverture tant en haut débit fixe et rapide qu’en haut débit mobile 4G. Les radiofréquences du spectre n’ont pas été toutes assignées pour cause de demande insuffisante. Le plus haut score est obtenu par les Pays-Bas, qui sont suivis du Luxembourg.

Concernant le capital humain, les Luxembourgeois ont un niveau élevé de compétences numériques, sont en tête quant au nombre d’internautes et de personnes ayant au moins des compétences numériques élémentaires, et sont très bien placés en ce qui concerne les spécialistes des TIC. Le Grand-Duché se classe deuxième dans cette catégorie, dernière le Danemark.

Les utilisateurs d'internet au Luxembourg consultent un large éventail de contenus (infos, musique et vidéos) et effectuent de nombreuses transactions (banque, achats) en ligne. Cependant, ils utilisent moins les réseaux sociaux. Les internautes les plus actifs sont les danois, les suédois, les luxembourgeois, dans cet ordre.

Quant à l'intégration des technologies numériques, les entreprises au Luxembourg ont un niveau moyen d’intégration des technologies numériques (partage d’informations, factures

électroniques et informatique en nuage). Cependant, les PME ne pratiquent pas beaucoup le

commerce en ligne, y compris transfrontière. Conséquence, le Luxembourg se classe 22ème dans cette catégorie.

Et enfin, lorsqu'il s'agit des services publics numériques, le Luxembourg a accompli des progrès par rapport à l’année dernière, notamment en matière de données ouvertes et de fourniture de formulaires préremplis. Cependant, on constate un tassement du nombre d’utilisateurs de l’administration en ligne et dans la fourniture de services. Le Grand-Duché gagne deux place par rapport à 2016 et se hisse à la 19ème place.

 

Les fondations posées par le gouvernement via l'initiative Digital Lëtzebuerg portent d'ores-et-déjà leurs fruits.

 

Source: Commission européenne.