Dell annonce les résultats de son classement annuel Dell Women Entrepreneur Cities Index (WE Cities), le seul index mondial qui mesure l’attractivité des villes pour les femmes entrepreneures et de leur potentiel pour accompagner celles-ci dans le développement de leurs entreprises.

  •   New York, la baie de San Francisco, Londres, Boston et Stockholm sont les 5 villes les plus propices au développement d’entreprises à fort potentiel créées par des femmes.
  •   De nombreuses études et analyses confirment que les perspectives économiques d’une ville sont nettement meilleures une fois que les freins liés à l’entrepreneuriat féminin sont levés.
  •   L’objectif de l’Index WE Cities de Dell est de proposer un outil de diagnostic aux entrepreneurs et aux législateurs pour qu’ils sachent quelles améliorations apporter afin d’aider les femmes à faire prospérer leurs entreprises.

A l’occasion du 8ème Dell Women Entrepreneur Network Summit annuel, Dell a annoncé les résultats de son Women Entrepreneur Cities Index 2017 (WE Cities), dévoilant le Top 50 des villes du monde les plus propices à l’accompagnement de l’entrepreneuriat féminin à fort potentiel. Dans la lignée de l’étude WE Cities 2016, l’édition de cette année classe des villes, plutôt que des pays, afin de montrer l’impact des initiatives et des politiques locales, aux côtés des lois et des pratiques nationales.

« Globalement, la proportion de femmes entrepreneures à l’échelle mondiale augmente de plus de 10 % chaque année. Les femmes sont aussi, sinon plus susceptibles, que les hommes de créer des entreprises sur de nombreux marchés. Toutefois, des obstacles d’ordre financier, culturel et politique, peuvent limiter le succès de ces entreprises », déclare Karen Quintos, EVP et Chief Customer Officer chez Dell. « En fournissant aux pouvoirs publics et aux législateurs les données dont ils ont besoin pour offrir un cadre plus propice aux femmes entrepreneures à fort potentiel, nous pouvons améliorer collectivement l’environnement pour le développement de ces entreprises et, qui seront bénéfiques pour les perspectives économiques d'une ville."

« Les femmes chefs d'entreprise doivent pouvoir développer leurs activités partout dans le monde. L’Index WE Cities peut servir d’outil de diagnostic pour aider les législateurs à favoriser le développement d’entreprises crées par des femmes », commente Elizabeth Gore, entrepreneure en résidence chez Dell. « Chacune des villes de ce classement a quelque chose à apprendre des autres et peut encourager un changement politique de nature à attirer et soutenir les femmes entrepreneures. Un tel changement se fera sentir, non seulement au niveau d’une ville mais de l’humanité tout entière, grâce au développement d’un écosystème où tous les entrepreneurs – hommes ou femmes – pourront prospérer. »

 

Classement et méthodologie du Top 50 WE Cities

Suite aux études réalisées par Dell ces cinq dernières années sur l’entrepreneuriat féminin à fort potentiel, cinq catégories ont été identifiées pour le classement des villes : capitaux, Nouvelles Technologies, talents, culture et marchés. Ces critères fondamentaux ont été répartis en deux groupes :  l’environnement opérationnel et l’environnement propice au développement. La note globale se compose de 72 indicateurs, dont 45, soit près de deux tiers, sont spécifiquement liés au genre. Ces indicateurs sont pondérés au regard de quatre critères : pertinence, qualité des données, caractère d’unicité dans l’Index et spécificité liée au genre.

 

Le classement des 50 premières villes est le suivant :

 

Image  

●   New York arrive en tête des 50 villes pour son attractivité et son soutien de l’entrepreneuriat féminin, à la fois pour l’environnement opérationnel et pour l’environnement propice au développement. En effet, la ville est classée n°1 pour les marchés, notamment en matière d’accès et politique, n°6 dans la catégorie talents et n°2 pour ce qui est des capitaux, devancée par la baie de San Francisco. Elle est n°1 selon le critère culture, suivie de Sydney, et n°2 pour les Nouvelles Technologies.

○      Si New York ressort première du classement, son score total de 62,9 laisse cependant une marge de progression considérable. 

●     La baie de San Francisco (composée des métropoles de San Francisco et San Jose) obtient la 2ème position au classement général, placée n°2 pour l’environnement opérationnel et n°7 pour l’environnement propice au développement, n°1 pour les capitaux, n°2 pour les marchés, n°8 pour les talents, n°7 pour les Nouvelles Technologies et n°6 pour la culture.

●      Londres est classée au 3ème rang global ainsi que pour l’environnement opérationnel, pour les marchés et pour les capitaux. La capitale britannique est n°4 pour l’environnement propice au développement et n°2 ex æquo avec Austin pour les Nouvelles Technologies.

●      Boston et Stockholm complètent le Top 5 du classement général.

○      Boston (n°4 de la liste) arrive également en 4ème position pour l’environnement opérationnel et les capitaux, se hissant au 3ème rang dans la catégorie talents.

○      Stockholm (n°5 classement général) arrive n°2 pour l’environnement propice au développement, n°3 pour les Nouvelles Technologies et n°4 pour la culture. 

●      Parmi les 10 villes de tête, six se situent aux Etats-Unis, deux en Europe, une au Canada et une en Asie.

●      41 des villes de l’Index figurent dans le Top 5 au regard d’au moins un critère fondamental ou une sous-catégorie. 34 d’entre elles font partie des cinq dernières pour au moins un critère fondamental ou une sous-catégorie, signe de la compétitivité de ces 50 agglomérations. Paris se situe en 5ème position dans la catégorie talents et 8ème dans la catégorie culture et marchés. 

●      Parmi les villes du Top 10, seules New York et Washington se classent parmi les cinq dernières pour au moins un critère fondamental ou une sous-catégorie (New York en matière de coût d’accès au marché et New York et Washington en ce qui concerne le coût des Nouvelles Technologies). 

●      Toujours dans le Top 10, seules la baie de San Francisco et New York se hissent dans les dix premières villes selon l’ensemble des cinq critères fondamentaux.

 

Les éditions 2016 et 2017 de l’étude diffèrent sur plusieurs points, en particulier le nombre total de villes, le nombre d’indicateurs et leur coefficient de pondération en fonction des nouvelles sources de données. Compte tenu des nouveaux éléments du classement, les scores respectifs ne doivent donc pas être comparés d’une année sur l’autre.

 

 

Communiqué de Dell EMC


Publié le 03 août 2017