Des performances démultipliées

Avec un débit maximum théorique de 150 Mbit/s, le réseau 4G (ou LTE) avait multiplié par dix la vitesse de téléchargement des données par rapport à la 3G. Le LTE-A offre un débit maximum de 1 Gbit/s, soit dix fois plus rapide que la 4G. Quant au LTE-A Pro, il est susceptible de dépasser les 3 Gbp/s, en attendant la 5G qui devrait atteindre des vitesses 1000 fois plus élevées que la 4G (source : 5G.co.uk).

Dans l'édition de son magazine U&Us, Telindus mettait en lumière l'étude réalisée par Deloitte sur les perspectives de la 5G (propos recueillis par Michaël Renotte).

 

Des avancées concrètes dans le déploiement de la cinquième génération de réseaux cellulaires devraient voir le jour avant la fin de cette année, en prélude à un lancement massif en 2020. C'est ce que prévoient les analystes de Deloitte dans l'édition 2017 du rapport consacré par la firme aux développements attendus dans les secteurs de la technologie, des médias et des télécommunications.

"Nous devrions bientôt assister aux premiers déploiements limités de technologies 5G. Cela devrait nous donner un avant-goût de ce qu'offriront les réseaux mobiles d'ici quelques années. C'est-à-dire, pour l'essentiel, des vitesses élevées, une faible latence et le support des appareils et des capteurs IoT", résume Paul Lee [1], responsable du rapport Technology, Media & Telecommunications Predictions 2017 [2].

 

La longue maturation d'un standard

L'impact de la 5G devrait être considérable. En effet, la transition d'une génération de réseau à l'autre ne se résume pas à une simple mise à niveau de la 4G vers la 5G : il s'agit en fait de l'aboutissement de nombreuses années de perfectionnements successifs des réseaux 4G, avec un passage par des formes intermédiaires, les réseaux LTE-A et LTE-A Pro (voir encadré).

"Les acteurs du secteur pourront déjà jauger les performances et les implications économiques de la 5G que le LTE-A et le LTE-A Pro partagent avec celle-ci dans le cadre du déploiement de certaines technologies. Ils peuvent en tirer des enseignements précieux sur les opportunités et les défis liés au futur réseau 5G, notamment en ce qui concerne la couverture à l'intérieur des bâtiments", explique Paul Lee. "Ils pourront également évaluer l'impact que devrait avoir un réseau conçu dès le départ pour supporter l'Internet des Objets sur la demande en matière de produits et services IoT ", ajoute-t-il.

Les analystes de Deloitte prévoient qu'au plan mondial, plus de 200 opérateurs sont susceptibles d'offrir le LTE-A sur une partie de leur réseau dès la fin de cette année et qu'une vingtaine d'entre eux devraient avoir déployé des réseaux LTE-A Pro.

 

Des investissements à la hauteur des enjeux

Le déploiement de la 5G constituera néanmoins un défi économique de taille, les coûts étant estimés à 57 milliards d'euros, uniquement pour l'Union Européenne. Paul Lee estime cependant que "les vitesses élevées offertes par la 5G verront émerger des scénarios d'utilisation et des applications que nous n'imaginons pas encore et des besoins nouveaux dont les consommateurs n'ont pas encore conscience."

La connectivité est un facteur essentiel de l'économie digitale et une connectivité améliorée est susceptible d'impacter une part significative de la production économique mondiale pour les décennies à venir. On estime par exemple que la 4G a apporté 150 milliards de dollars de croissance économique et plus de 770.000 emplois aux seuls États-Unis.

 

Identifier les applications les plus porteuses

"Les entreprises devraient commencer à tester de nouveaux services sur base de l'hypothèse de vitesses plus élevées, de capacités accrues et de coûts par gigabyte inférieurs par rapport à ce que nous connaissons", conseille Paul Lee. "Elles devraient également évaluer l'impact sur les habitudes d'utilisation que peuvent avoir des téléchargements plus rapides et moins coûteux, associés à des smartphones plus puissants. Le passage de la 3G à la 4G, par exemple, a déverrouillé une demande latente de diffusion de musique dans les voitures et de vidéos dans les transports en commun."

La perspective de télécharger des applications en quelques secondes peut également inciter davantage de personnes à utiliser des applications plutôt que des sites web optimisés pour le mobile. Cela permettrait aux centres commerciaux, mais aussi aux aéroports ou aux hôpitaux, d'offrir une expérience utilisateur plus riche et plus fonctionnelle, à travers des solutions de géolocalisation à l'intérieur des bâtiments ou de passage aux caisses simplifiés grâce à la reconnaissance instantanée des empreintes digitales. "Mais c'est dans le domaine de l'IoT d'entreprise que le passage de la 4G à la 5G devrait permettre des avancées majeures. Pour cela, il faut multiplier dès à présent les expérimentations afin d’identifier les applications les plus porteuses", conclut Paul Lee.

 

Propos recueillis par Michaël Renotte

 

[1] Paul Lee est Partner & head of Global Technology, Media, and Telecommunications (TMT) research chez Deloitte Touche Tohmatsu Limited

[2] https://www2.deloitte.com/global/en/pages/technology-media-and-telecommunications/articles/tmt-predictions.html


Publié le 05 mars 2018